4 Épisode 3, Le château hanté (extrait)

Résumé de l’épisode 3

Héritier du petit royaume de Portine, Marco rêve de partir à la recherche de la Perle de Lumière dont parle son ancêtre voyageur. En effet, la salamandre qui éclaire le royaume se meurt et l’ombre progresse chaque jour. Pourtant il ne peut se résoudre à partir tant qu’il n’aura pas délivré la sylphide prisonnière des murs, qu’il est le seul à entendre. Quand celle-ci annonce l’arrivée de surnaturels, il fera tout pour convaincre ces derniers de l’aider à libérer sa bien-aimée, quitte à les associer à sa quête.

***

Un éclair rougeoyant traversa le ciel étoilé. Marco leva les yeux vers la salamandre lovée au sommet du donjon. La pauvre se mourait. Du temps de son grand-père, elle éclairait à dix lieues à la ronde, procurant aux habitants du royaume lumière, chaleur et sécurité. Durant les dernières années, son périmètre avait rétréci comme peau de chagrin, pour se réduire finalement au seul château. Elle ne tarderait pas à s’éteindre complètement, condamnant les habitants de Portine à l’obscurité éternelle. Ils devraient alors trouver refuge dans les royaumes voisins, abandonnant leur territoire aux créatures de l’ombre. L’héritier du royaume tapota d’un geste nerveux le journal glissé dans la poche intérieure de sa veste. Il tenait une solution à leur problème, pourtant ! Si seulement il avait pu quitter le château…

— Attention !

La voix sortie de nulle part le fit sursauter. Il leva ses fesses du rempart sur lequel il s’était assis juste à temps pour échapper aux griffes de la créature qui venait d’escalader les murs. Son épée sauta d’elle-même dans sa main. L’avantage de vivre en permanence dans la menace de l’ombre : comme tous les gardes, il était devenu un combattant aguerri. Il attendit que le croquemitaine se soit hissé sur le créneau avant de passer à l’action. Ces monstres présentaient un aspect particulièrement répugnant : d’allure humanoïde, ils étaient couverts d’écailles vert sombre dont suintait en permanence une humeur nauséabonde. Leurs petits yeux pourpres reflétaient leur absence totale d’intelligence, mais l’attention se focalisait en général sur leur bouche, dépourvue de lèvres et garnie de dents jaunes et pointues. Marco attrapa l’épée à deux mains, la fit tournoyer, et, au moment où le croquemitaine se jetait sur lui, lui trancha la tête d’un coup bien ajusté. Le corps du monstre s’écroula dans un bruit mou, aussi écœurant que l’odeur qui montait de son sang jaune. Le jeune homme recula de trois pas. Un des rares avantages que lui procurait sa position d’héritier du royaume était qu’il pouvait charger quelqu’un d’autre du ménage.

— Merci, murmura-t-il en posant une main sur la pierre.

Celle-ci vibra sur un rythme qui rappelait le ronronnement d’un chat. Marco soupira. Si quelqu’un l’avait vu parler aux murs, il l’aurait pris pour un fou. Lui-même doutait parfois de sa santé mentale. Depuis tout petit, il entendait cette voix, partout dans le château, qui veillait sur lui, lui racontait des histoires, le consolait de ses chutes. Depuis qu’il avait atteint l’âge juvénile, il en rêvait même la nuit. Dans ses rêves, la voix revêtait l’aspect d’une très belle et très audacieuse jeune femme. Jamais aucune de ses partenaires ne lui avait procuré les mêmes sensations que ces songes qui le laissaient haletant et vaguement honteux au réveil. Telle était la raison pour laquelle il ne pouvait quitter le château : la voix l’assurait qu’elle se nourrissait de sa présence. S’il partait, elle mourrait. Et aussi stupide que cela puisse paraître à un observateur extérieur, il la croyait. Peut-être souffrait-il tout simplement de troubles mentaux, comme une bonne partie des habitants de Portine, menacés par l’ombre.

— Ne baisse pas les bras, murmura la voix comme si elle avait lu dans ses pensées. Il te suffit de trouver un magicien pour me délivrer.

— Et comment suis-je censé trouver un magicien sans quitter le château ? Tu sais bien que la magie est interdite à l’intérieur du royaume.

— Patience. L’un d’eux finira bien par frapper à la porte.

Marco grommela sans argumenter. Depuis le temps qu’il attendait, il se voyait bien terminer vieux et décrépi, réfugié dans son château plongé dans l’ombre, à écouter la voix qui lui brouillait l’esprit tout en décapitant des croquemitaines.

— Que quelqu’un aille débarrasser le cadavre de croquemitaine sur le rempart nord, ordonna-t-il en entrant dans la tour de garde.

Les hommes occupés à jouer aux cartes échangèrent des regards nerveux. Sans doute allaient-ils tirer aux dés qui se chargerait de la corvée. Marco s’éloigna sans attendre la réponse. Il avait un besoin urgent de prendre un bain.

Immergé jusqu’au menton dans l’eau chaude, Marco s’assura qu’il avait les mains sèches avant de s’emparer du journal qu’il avait posé près de la bassine. La couverture de cuir avait connu des jours meilleurs ; les pages intérieures s’en échappaient dès qu’on l’ouvrait. À vrai dire, Marco n’avait nul besoin de les relire ; il en connaissait chaque mot par cœur. Mais contempler l’écriture pâlie qui courait sur le vélin le rassérénait. Il glissa son index sur le titre : Cristo Corvalo, journal de voyage. Son arrière-grand-père avait été un explorateur. Il prétendait avoir parcouru l’intégralité des Mille Royaumes « et au-delà ». Le journal ne précisait pas en quoi consistait cet au-delà. Une bonne partie, d’après Marco, relevait de l’imagination du vieillard qui avait rédigé ses mémoires au crépuscule de sa vie. Ses rêves d’évasion s’en étaient néanmoins nourris depuis son enfance. Il relut son passage préféré.

Les habitants de la Grande Barrière racontent qu’un dragon s’y serait réfugié avec le plus précieux des trésors : la Perle de Lumière. Aussi grosse qu’un crâne d’enfant, cette perle dégage une lumière suffisante pour éclairer les Mille Royaumes entiers…

Texte intégral disponible depuis les libraires en ligne suivantes

NosLibrairiesContour

License

Passeurs d'ombre, saison 2© 2013 par Anne Rossi, Numeriklivres. Tous droits réservés.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *