6 Épisode 5, le cri de la Banshee (extrait)

Résumé de l’épisode 5

Parvenus devant le défilé des Lamentations, un couloir rocheux qui constitue un passage obligé vers la Vallée des Fleurs, les voyageurs se heurtent à un problème inattendu : les surnaturels sont bloqués par une barrière magique. Ils décident alors de contourner l’obstacle par le haut, tandis que les humains emprunteront le défilé. Mais le plateau rocheux, difficile d’accès, se révèle hanté par des créatures dangereuses. Miyo la renarde aura besoin de toute sa force et toute son astuce pour parvenir à la traverser… Mais cela sera-t-il suffisant ?

***

Le lapin se terrait sous un gros rocher. Le fumet métallique du sang affluait à la truffe de Miyo. La salive lui monta à la gueule. Elle rampa un peu plus loin, son corps svelte de renarde plaqué au sol. L’anticipation faisait vibrer ses muscles. Elle se força au calme. Dans ce genre de jeu, la patience finissait toujours par payer. Un feulement perça les ténèbres. Le lapin sursauta, terrifié. Son petit cerveau noyé de peur lui ordonnait de rejoindre son terrier tout proche, le seul endroit où il serait véritablement en sécurité. À peine cinq sauts. Il s’élança, une ombre gigantesque à ses trousses. Galvanisée par le signal, Miyo bondit. Elle volait littéralement, son corps tendu comme une flèche. Son front heurta le lapin, le projetant en l’air. Le claquement d’une puissante mâchoire résonna sur sa droite. Sans ralentir, elle rattrapa le lapin au vol, lui brisant la nuque. Puis elle fonça en direction du campement, poursuivie par une cavalcade furieuse. Le vent sifflait à ses oreilles, le sang coulait sur sa langue. La vitesse de sa propre course la grisait.

Parvenue devant le foyer du campement, elle effectua un dérapage contrôlé pour venir déposer le lapin aux pieds de Han. Un miaulement contrarié accompagna l’arrivée du lynx-garou frustré de sa proie. Han leva les yeux au ciel.

— Franchement, vous n’en avez pas assez de vous asticoter sans cesse ? Comme s’il n’y avait pas assez de lapins dans le coin !

― Mais je l’avais vu en premier ! grogna Alex, redevenu humain.

Miyo, toujours couchée aux pieds de Han, laissa pendre un peu plus sa langue. Le lynx-garou avait une plastique aussi appétissante que le lapin dont elle léchait le sang avec application. Gêné par son regard scrutateur, le jeune homme se détourna, à la recherche de ses vêtements. Miyo éternua, sa façon animale de rire.

— Tu exagères, lui reprocha Han.

Pour toute réponse, elle s’acharna à décapiter le lapin. Exagérer ? Le voyage était mortellement ennuyeux. Alors si elle ne pouvait même plus taquiner un peu ses compagnons de voyage… Elle releva un museau ensanglanté. Alex était amusant, mais trop facile à faire tourner en bourrique. À qui pourrait-elle bien s’attaquer après ? Faustin attirait bien assez les catastrophes sans son aide. En revanche, sa naïve compagne avalait sans se méfier les histoires qu’elle lui débitait. Ou alors, elle pouvait s’en prendre à Marco. Il démarrait toujours à la première impulsion. D’un autre côté, Djianne se montrait aussi imprévisible que le vent qu’elle manipulait : de tous les membres de leur troupe improbable, c’était la seule dont la renarde se méfiait. Son aspect fragile trompait son entourage sur sa véritable force. Elle était presque aussi âgée qu’elle-même. Au bout du compte, les garçons étaient bien plus drôles à taquiner. Elle mâchonna pensivement une oreille de lapin. Au départ, elle avait cru que l’expédition la distrairait. Après avoir vécu mille ans dans l’Empire du Phénix, elle avait envie de nouveaux horizons. Mais la promiscuité du groupe contrariait son sens de l’indépendance. Sans compter qu’elle l’empêchait de se livrer à toutes les fantaisies qu’elle envisageait en compagnie de l’élu de son cœur. Elle regarda si fixement Han que celui-ci lui demanda :

— Quoi ?

Ses joues avaient foncé, comme s’il avait parfaitement deviné ce à quoi elle pensait. Miyo se pressa contre lui pour qu’il la caresse. Il était encore si jeune ! À cet âge, les garçons étaient influençables. Et ses trois compagnes de voyage ne comptaient pas parmi les personnes les plus laides qu’il lui avait été donné de croiser. La fragilité apparente de Djianne, la naïveté d’Houria éveillaient chez l’héritier de l’Empereur des réflexes conditionnés par l’éducation qu’il avait reçue. Si seulement elle pouvait l’écarter du groupe ! Miyo enrageait de dépendre de l’humaine qui leur servait de guide pour trouver la Perle de Lumière.

— Tu t’amuses, avec Alex ? demanda soudain Han.

La question la prit par surprise. Son compagnon manifestait rarement ses émotions. À tel point qu’elle se demandait parfois quels sentiments il nourrissait vraiment à son égard. Aussi, sa gueule de renarde se fendit-elle sur un large sourire. De la jalousie ? Voilà précisément ce qu’elle avait visé à travers ses agaceries, en vain lui avait-il semblé. Elle poussa son museau ensanglanté contre la main du prince, qui la retira, dégoûté. Bien sûr, il ne courait jamais après les lapins comme elle… De l’autre côté du foyer, les yeux verts du lynx-garou la fixaient. Pensait-il la même chose ? Quelle relation au juste entretenait-il avec la guide ? À ses yeux, il n’était qu’un bébé, même si elle aimait parfois s’amuser avec lui – ou pour être plus précise, de lui.

— Souhaites-tu devenir Impératrice pour de bon ?

Texte intégral disponible depuis les libraires en ligne suivantes

NosLibrairiesContour

License

Passeurs d'ombre, saison 2© 2013 par Anne Rossi, Numeriklivres. Tous droits réservés.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *