9 Épisode 8, De glace et de feu (extrait)

Résumé de l’épisode 8

Alex seul a décidé de rentrer dans ses montagnes, espérant que le temps écoulé aura effacé sa faute auprès des lynx-garous. Il doute cependant de sa décision, et après un moment, décide de faire demi-tour. Les obstacles s’accumulent alors : attaques de cynocéphales, chute dans une crevasse… Sauvé par Erika, ils se retrouvent dans un monde souterrain peuplé d’elfes noirs. Mais ceux-ci sont-ils aussi amicaux qu’ils le prétendent ?

***

Alex s’arrêta un instant pour reprendre son souffle. Son dos était trempé de sueur et le sac lui sciait les épaules. L’ascension aurait été bien plus simple sous sa forme animale, mais il aurait alors dû abandonner son bagage. Il passa mentalement celui-ci en revue. Plus de torches pour se défendre contre les créatures de l’ombre, plus de vêtements de rechange et surtout, plus d’émeraude. Il avait dû se départir de son plus précieux trésor pour que les nains lui indiquent un passage qui lui permettrait de retourner chez lui sans traverser le labyrinthe infernal. Un grondement s’échappa de sa poitrine. L’émeraude, un présent remis à chaque lynx-garou mâle à sa naissance, était destinée à être offerte à sa future compagne. Sa perte le condamnait au célibat… Mais pour être honnête, même sans ça, il aurait eu du mal à se choisir une épouse. La faute à une certaine guide blonde. D’un geste irrité, il jeta le sac à terre. Les lynx-garous étaient animaux avant tout. La preuve ? Quand Miyo ou Djianne se transformaient, elles portaient des vêtements. Pour sa part, il apparaissait nu comme un ver. Non qu’il fût particulièrement pudique, mais la renarde avait une façon de le regarder… C’était une enquiquineuse. Et elle lui manquait déjà, quoique beaucoup moins qu’Erika. Il gronda de nouveau. Qu’avait-il espéré, en lui demandant de revenir avec lui ? Reprendre leur vie d’avant, quand elle ne connaissait pas encore sa nature ? Vivre chastement côte à côte, comme deux amis ? Il savait bien que c’était impossible. Il l’avait su depuis leur première rencontre. Pourtant, il était revenu sans cesse vers elle comme un papillon attiré par la flamme. Au fond, cette aventure lui avait donné l’occasion de trancher le lien. Elle l’avait abandonné sans un regard en arrière. Très bien ! Il poursuivrait de son côté. La sensation de brûlure dans sa poitrine finirait bien par s’estomper un jour, quand il aurait repris sa place parmi les siens.

Il leva les yeux vers les sommets qui l’entouraient. Le chemin indiqué par les nains, après un parcours souterrain, l’avait mené vers les plus hautes cimes. Rien ne poussait à cette altitude et même le gibier se faisait rare. Quant à l’eau, elle ne pouvait remonter aussi haut. Et voilà pourquoi il ne pouvait abandonner ce maudit sac : il avait besoin des gourdes qu’il contenait. Alors qu’il le rendossait à contrecœur, son regard accrocha un éclat argenté entre deux rochers. Son cœur se mit à battre à grands coups dans sa poitrine. Il plissa les yeux pour mieux distinguer la chose. Pas de doute, il s’agissait bien d’une étoile des neiges ! Comment pouvait-elle pousser à cet endroit ? Ces fleurs rarissimes n’apparaissaient en principe que dans la neige, d’où leur nom. Or, il n’y avait pas de fumerolles, ici, donc pas de neige. Ce qui le ramenait au problème de l’eau. Pourtant, il reconnaissait la forme caractéristique de la fleur, son cœur octogonal parsemé de pistils d’argent pur, ses pétales en forme de fer de lance. Ces fleurs étaient légendaires parmi son peuple. Elles avaient la réputation de répondre à toutes les questions. La défunte Oreilles du Monde était réputée pour savoir les dénicher. Pour sa part, c’était la première fois qu’il en voyait. Un signe du destin ? Il secoua la tête. Djianne les avait tous contaminés avec son histoire de destin. Néanmoins, il s’agissait d’une chance à ne pas laisser passer. Il se déshabilla avec soin, insensible au froid glacial qui régnait à cette altitude. Puis il reprit sa forme animale. La fleur avait poussé sous une corniche, juste en dessous d’un sommet sur sa droite. Le pierrier qui le précédait, puis la piste étroite au-dessus du vide auraient été inaccessibles à un humain. Il s’engagea avec prudence sur le terrain instable, conscient que le moindre déplacement de pierre pouvait provoquer un éboulement et l’entraîner dans le vide. Risquer sa vie pour une simple fleur pouvait paraître stupide, mais un lynx-garou n’avait généralement qu’une chance dans son existence de consulter l’étoile des neiges. Il n’entendait pas laisser passer la sienne. Sa patte arrière gauche délogea un caillou, qui roula dans un bruit de tonnerre. Il se plaqua au sol, échine hérissée, dans l’attente de la catastrophe. Il ne s’autorisa à respirer de nouveau que lorsqu’il fut certain qu’aucun éboulement ne menaçait. Les cinq perches qui le séparaient de la fleur furent les plus longues de sa vie. Pouce par pouce, il progressa jusqu’à la corniche. Saisissant délicatement la fleur dans sa gueule, il renifla. Elle avait un goût horriblement amer. Il allait pourtant devoir le supporter, s’il voulait redescendre sans l’abîmer. La descente fut pire encore que la montée. Il crut plusieurs fois son dernier instant venu quand le terrain glissa sous son poids. Quand il parvint enfin à l’endroit où il avait laissé son sac, il se laissa tomber au sol, tremblant de tous ses membres. Il déposa la fleur, se transforma et se rhabilla à la hâte. Le poids de sa gourde lui arracha une grimace. L’eau devenait précieuse. Il allait pourtant devoir en sacrifier une partie pour interroger la fleur. Il remplit le fond d’un bol, puis déposa délicatement l’étoile des neiges à la surface. Celle-ci tourna trois fois sur elle-même avant de s’immobiliser. Alex se recueillit. Tant de questions se bousculaient dans sa tête qu’il ne savait pas par où commencer.

— Ai-je raison de retourner vers mon peuple ? se décida-t-il enfin.

La fleur oscilla tandis qu’il retenait son souffle. Un tour vers la droite, c’était oui, un tour vers la gauche, non. Lentement, l’étoile tourna vers la gauche. Alex sentit un poids énorme peser sur son estomac.

Texte intégral disponible depuis les libraires en ligne suivantes

NosLibrairiesContour

License

Passeurs d'ombre, saison 2© 2013 par Anne Rossi, Numeriklivres. Tous droits réservés.

Commentaires/Errata

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *